Colloque/ Deuxième édition

Le mécénat et la philanthropie, une opportunité ou un appât ?

Depuis plusieurs années, le mécénat a fait l’objet d’un intérêt croissant de la part de nombreuses entreprises haïtiennes. A cet effet, la fondation Culture Création et Collectif 2004 Images Haïti organisent la deuxième rencontre du mécénat et de la philanthropie en Haïti sur le thème « l’Innovation au service de l’intérêt général», qui se tient les 13 et 14 mai 2014 à l’hôtel Montana. Cette rencontre riche en interventions et en retour d’expériences, a été l’occasion de faire le point sur les pratiques et les problématiques de ce mécénat pas forcément assez connu chez nous en Haïti.

Publié le 2015-05-13 | Le Nouvelliste

L’objectif de ce colloque, qui a réuni un public diversifié, était de faire connaître davantage le mécénat et la philanthropie en Haïti en vue de permettre une plus large réflexion sur la contribution qu’apportent les philanthropes haïtiens aux causes d’intérêt général et aussi donner des pistes de réflexion opérationnelle aux entreprises qui souhaitent se lancer dans l’aventure. La plupart du temps, les organismes à but non lucratif, associations ou structures culturelles oublient souvent qu’ils peuvent y avoir recours. La première journée de ce colloque a été marquée par plusieurs interventions magistrales. Dans sa conférence inaugurale, Carl Braun, président du conseil d’administration de la UNIBANK et de la Fondation UNIBANK, qui intervenait sur le thème « Comment impulser le mécénat en Haïti?», estime que malgré tous les problèmes auxquels se trouve confronté le secteur privé (national et étranger), et les membres de l’élite économique d’Haïti dans leur fonctionnement quotidien, le mécénat organisé vit, grandit et se modernise dans notre pays. Selon lui, le mécénat vient renforcer une tradition de solidarité individuelle, non organisée ayant caractérisé l’action sociale de la bourgeoisie haïtienne depuis le XIXe siècle. D’après M. Braun, les domaines du mécénat sont nombreux, mais recouvrent essentiellement cinq secteurs : l’éducation; la promotion du livre, des bibliothèques et des recherches académiques; les arts et la culture; la santé et la « philanthropie patriotique » par la promotion du patrimoine, de la mémoire historique et du civisme. Selon lui, il faut encourager l’innovation et la modernisation (nouvelles pratiques telles que le mécénat de compétences, le « crowdfunding », le « co-funding », etc.) ; approfondir, étendre et structurer le mécénat traditionnel d’individus, de familles et de PME formelles ; attaquer directement et sans ambages les nombreux défis/problèmes/contraintes qui entravent un mécénat structuré et moderne (dont les dix mentionnés précédemment), et travailler pour une « Révolution de croissance » qui augmenterait de façon substantielle les revenus disponibles pour le mécénat et la philanthropie en Haïti. « Je crois qu’il faut structurer le mécénat moderne dans une association nationale qui regrouperait les fondations, ONG et autres acteurs importants du secteur social, et qui pourrait faire une plaidoirie efficace pour affronter les défis actuels, particulièrement ceux qui relèvent du secteur public, dit le banquier. Il faut garder haut la flamme de la philanthropie en Haïti – malgré les difficultés et problèmes journaliers - et souligner publiquement l’engagement social fort d’un nombre grandissant d’entreprises privées haïtiennes et d’intervenants familiaux et individuels.» Mécénat culturel en Haïti : Enjeux et défis Avec Ronald C. Paul comme modérateur, un panel composé de plusieurs experts autour du mécénat culturel était très enrichissant avec des interventions de qualité. Par rapport aux enjeux, Max E. Chauvet, directeur du quotidien Le Nouvelliste, estime qu'il faut savoir comment motiver les entreprises aux financements et comment obtenir les financements nécessaires et les fonds économiques pour supporter le secteur culturel. « C’est une vraie compétition, cette affaire de mécénat. Il y a une question de transparence par rapport aux institutions qui reçoivent le support des entreprises, sans oublier le problème de structuration de ce secteur. Avec la démobilisation qui existe aux détenteurs de richesse, il y a un manque de collaboration entre les fondations, comme cela se passe entre le Nouvelliste, la UNIBANK, Barbancourt et la Fondation Françoise Canez Auguste», dit M. Chauvet, soulignant que la culture fait face au complot de la médiocrité. Il eut à dire que « le secteur privé devrait encourager la qualité en finançant des projets de qualité qui auront des impacts dans le futur même s’il finance des projets qui auront des impacts immédiats.» De son côté, William Eliacin, directeur financier de la société Barbancourt, annonce que la compagnie Barbancourt intervient depuis les années 70 et 80 dans le domaine du mécénat en Haïti, qui a fait une différence entre le sponsoring et le mécénat qui ont des points communs. « Dans une tentative de structuration, la société Barbancourt avait décidé de créer en 1998 la fondation pour voir comment mieux supporter à ce niveau-là, car la fondation a été dès le début un mécène de proximité. On supporte l’éducation à travers l’école Essaix Baptiste de Jacmel, ainsi que des bourses d’études pour les enfants ; par le biais de la littérature à Livres en folie, par la création de la bourse Barbancourt et dans la santé par l’octroi en don d’un terrain au groupe Gheskio à Tabarre », énumère M. Eliacin, qui rappelle que le mécénat doit être mieux organisé car il a beaucoup de gaspillage dans ce secteur. Pour sa part, selon René Max Auguste, directeur général de la société Valerio Canez, pour faire du mécénat, il faut avoir l’esprit en paix. Malheureusement, l’instabilité politique et économique n’a pas aidé au développement d’Haïti. « J’invite tous les Haïtiens à faire du mécénat, car la Valerio Canez et à la fondation Françoise Canez Auguste, nous participons à la mesure de nos moyens au mécénat», indique M. Auguste. Plus loin, Mireille Fombrun, directrice du Musée Ogier-Fombrun, a partagé les bonnes expériences faites avec les institutions haïtiennes et internationales qui ont fait du mécénat sur le plan financier, technique ou don vis-à-vis de l'institution qu'elle dirige. A un autre niveau, Willems Édouard, membre du groupe de réflexion issu de l’atelier fiscalité des rencontres du mécénat culturel de 2013, confie qu’il y a un ensemble de dispositifs légaux qui permettent aux acteurs non publics de trouver des avantages, si on fait référence à la loi du 9 octobre 2002, celle du 30 septembre 2002, au décret du 28 septembre 2002, du 28 octobre 205 et à celui du 12 octobre 2005. « L’Etat devrait réagir afin d’inciter les institutions et entreprises à faire du mécénat pour le bien de la société. Si on en croit Anne Lescot, directrice du Collectif 2004 Images, et Colette Pérodin, directrice exécutive de la Fondation Culture Création, ce colloque, animé par des experts et des acteurs de la vie économique haïtiens et étrangers, est l’occasion de consolider les travaux menés précédemment, en poursuivant le partage de savoirs et d’expériences. « Nous souhaitons que mécènes et porteurs de projets s’emparent de ces deux jours de rencontres et de discussions, comme d’une opportunité de s’interroger mutuellement, afin de développer des liens qui favorisent ou consolident les relations. Mais surtout, c’est bien de la question de l’intérêt général qu'il s’agira de parler, et autour de laquelle chacun apportera sa pierre à l’édifice en construction», expliquent-elles.
Amos Cincir
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".